Formulaire de recherche

Patrimoine Répertoire

LA SOLITUDE DU COUREUR DE FOND


Pays 
Royaume-Uni
Durée 
104 min
Date de sortie 
20 Septembre 2017

Avec Michael Redgrave, Tom Courtenay, Alec McCowen

DOCUMENT MIS A DISPOSITION GRATUITEMENT 
POUR LES ADHÉRENTS SUR COMMANDE

Commander le document

Télécharger la fiche-exploitant

 

label " FILM CLASSIQUE"

 

Révélation de l'année - BAFTA 1963

SYNOPSIS

Ayant été convaincu de cambriolage, Colin Smith, un adolescent, est envoyé dans un centre de redressement. Le directeur, un austère victorien, remarque rapidement ses qualités athlétiques et devine en lui un coureur de fond d'exception. Aussi le soumet-il à un rude entraînement. Il espère en effet que Colin sera capable de battre les concurrents du collège voisin. Colin se plie à la discipline que lui impose le directeur, tout en se remémorant les étapes de sa dérive. Quelques mois plus tôt, son père est mort, autant de misère que de maladie. Dès le lendemain, sa mère a introduit son amant en ses lieux et places...


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Tony Richardson

Né en 1928, Tony Richardson se distingue dès ses études par l'audace de ses mises en scène de théâtre et connaît un immense succès avec La paix du dimanche. En 1959, il porte la pièce à l'écran sous le titre Les corps sauvages. Mais c'est avec La solitude du coureur de fond (1962) qu'il affirme une radicalité inédite dans le cinéma anglais.

Un an plus tard, il signe Tom Jones qui mêle élégamment réalisme et stylisation. Malgré son expérience américaine peu satisfaisante de Sanctuaire (1961), adapté de William Faulkner, Richardson se lance dans un nouveau projet outre-Atlantique avec Le cher disparu (1965). Il dirige ensuite Jeanne Moreau dans Mademoiselle (1966) et Le Marin de Gibraltar (1967), d'après Marguerite Duras. Passant d'un registre à l'autre, il réalise une adaptation de Nabokov avec La chambre obscure (1969), puis tourne un western australien avec Mick Jagger l'année suivante !

Dans cette période inégale de sa carrière, Richardson enchaîne avec sa propre version cinématographique d'Hamlet (1969), réunissant Anthony Hopkins et Marianne Faithfull. Au début des années 80, il poursuit sa carrière aux États-Unis où il réalise Police frontière (1982), Hôtel New Hampshire (1984) et Blue Sky (1991). Atteint par le virus du SIDA, il s'éteint en 1991.