Formulaire de recherche

Patrimoine Répertoire

RÉTROSPECTIVE Paul Vecchiali


Date de sortie 
11 Février 2015

 

Documents d’accompagnement à commander directement auprès du distributeur

 

 

RÉTROSPECTIVE 8 FILMS - VERSIONS RESTAURéES

Cette grande rétrospective des oeuvres de Paul Vecchiali en version restaurée comporte deux volets.

Partie 1 de 1972 à 1979 : sortie le 11 février 2015

L'ÉTRANGLEUR (France, 1972, 1h33)
Avec Jacques Perrin, Eva Simonet, Julien Guiomar, Paul Barge, Nicole Courcel, Jacqueline Danno

FEMMES FEMMES (France, 1974, 2h)
Avec Hélène Surgère, Sonia Saviange, Michel Duchaussoy, Michel Delahaye, Liza Braconnier, Noël Simsolo, Henri Courseaux

CHANGE PAS DE MAIN (France, 1979, 2h06)
Avec Myriam Mézières, Nanette Corey, Hélène Surgère, Jean-Christophe Bouvet, Liza Braconnier, Sonia Saviange, Noël Simsolo, Michel Delahaye

CORPS A CŒUR (France, 1979, 2h03)
Avec Hélène Surgère, Nicolas Silberg, Madeleine Robinson, Béatrice Bruno, Sonia Saviange, Emmanuel Lemoine

Partie 2 de 1983 à 1988: sortie le 8 juillet

EN HAUT DES MARCHES (France, 1983, 1h32)
Avec Danielle Darrieux, Hélène Surgère, Françoise Lebrun, Micheline Presle

ROSA LA ROSE, FILLE PUBLIQUE (France, 1988, 1h28)
Avec Marianne Basler, Jean Sorel, Pierre Cosso, Catherine Lachens

ONCE MORE (France, 1988, 1h27)
Avec Jean-Louis Rolland, Florence Giorgetti, Pascale Rocard, Nicolas Silberg, Patrick Raynal, Albert Dupontel

LE CAFÉ DES JULES (France, 1988, 1h10)
Avec Jacques Nolot, Brigitte Roüan , Patrick Raynal, Raphaeline Goupilleau, Lionel Goldstein, Raymond Aquilon

ÉLÉMENTS MIS À DISPOSITION PAR LE DISTRIBUTEUR : 

Affiche / photos / dossier de presse 
Site du film


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Paul Vecchiali

La filmographie du Vecchiali-cinéaste est difficilement détachable de sa carrière de producteur dans « Diagonale » (sans oublier son travail avec Jean Eustache plus tôt), où se retrouvent des cinéastes comme Jean-Claude Guiguet, Jean-Claude Biette ou Marie-Claude Treilhou dans une aventure unique du cinéma français, peut-être sa dernière grande aventure collective. « Diagonale » marque le début d’une période brillante pour Vecchiali, qui devient peut-être le plus grand cinéaste français des années 70. Après un premier long-métrage hélas trop ignoré (Ruses du diable, qui arrive en 1965 comme une voix unique dans la toute première post-Nouvelle Vague), Vecchiali marque la décennie suivante avec L’étrangleur, Femmes Femmes, La Machine, Corps à coeur… Ensuite arrivera une période où le cinéaste revisite le passé (du cinéma, de la France, des rapports) et exploite encore davantage sa force nostalgique (Trous de mémoire, En haut des marches). Polémique, combattante, distante et sensuelle, sa carrière traverse par la suite une période épatante, où il retrouve toujours un public fidèle, malgré des changements de cap (et des alternances dans la télé et le théâtre) qui culminent dans ses « Antidogma » : des films faits contre tout formatage.