Formulaire de recherche

Patrimoine Répertoire

RASHÔMON


Pays 
Japon
Durée 
88 min

 

 

prochainement

Fiche exploitant à venir

 

SYNOPSIS

Dans le Japon de la fin Heian (794-1185), quatre personnes présentent des versions très différentes d'un même crime. Un bûcheron ayant découvert un corps, un procès est ouvert. La première version du crime apparaît dans la bouche du bandit qui avoue être l'auteur du meurtre, puis on découvre celle de l'épouse qui dit avoir tué son mari, puis celle du défunt samouraï qui, par la bouche de la medium raconte s’être suicidé. La quatrième version correspond à celle du bûcheron qui, revenant sur sa déclaration, annonce avoir été témoin de la scène.


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Akira Kurosawa

Il fait toute sa carrière au sein du système des puissants studios japonais (Shochiku, Toho) comme scénariste et surtout comme réalisateur, alternant les genres : cinéma d’action - de La Légende du grand judo à Sanjuro -, grandes fresques historiques flamboyantes - Kagemusha, Ran -, films noirs - Chien enragé -, drames contemporains intimistes - Vivre - ou adaptations d’auteurs occidentaux (Shakespeare, Gorki, Dostoïevski). Cinéaste comblé par le succès public et la reconnaissance critique internationale, Kurosawa a encore aujourd’hui une influence considérable, sur le western par exemple. Clint Eastwood confie volontiers que Yojimbo est pour lui source d’inspiration.
Son cinéma scrute l’écart entre la culture féodale traditionnelle, fondée sur la négation de l’individu, et l’apprentissage de la démocratie dans un monde corrompu par le pouvoir et l’excès de l’affirmation de soi. Les contradictions du Japon moderne sont la richesse de son œuvre. Concilier l’esprit du Japon des samouraïs et l’humanisme est la vertu majeure de son cinéma.