Formulaire de recherche

Patrimoine Répertoire

IN THE MOOD FOR LOVE


Pays 
Hong Kong
Durée 
98 min
Date de sortie 
2 Décembre 2020

Label Classique

Pastille vidéo à venir

Synopsis

1962, Hong Kong. Chow Mo-Wan (Tony Leung), rédacteur en chef, et sa femme, emménagent dans un nouvel appartement, il voit très peu son épouse, fréquemment prise par des occupations de dernière minute. Le même jour, Su Li-Zhen (Maggie Cheung), secrétaire, et son mari, exportateur, voyageant régulièrement pour affaires, emménagent dans l’appartement d’à côté. Les deux couples voisins n’ont aucune relation – sauf à se croiser dans l’escalier lorsqu’ils sortent faire les courses. Leur solitude commune et d’évidentes affinités rapprochent Su Li-Zhen et Chow Mo-Wan, jusqu’au jour où ils comprennent que leurs époux respectifs, entretiennent ensemble une liaison…


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Wong KAR WAI

Né à Shanghai en 1958, Wong Kar-Wai émigre à Hong Kong avec ses parents en 1963, à la veille de la Révolution culturelle. Etudiant en art graphique et en photographie, il affectionne le cinéma américain, particulièrement les classiques hollywoodiens, ainsi que le cinéma européen, notamment les réalisateurs de la Nouvelle Vague française. Wong Kar-Wai débute sa carrière en tant qu'assistant de production pour une chaîne de télévision Hong-Kongaise. Il se tourne par la suite vers l'écriture de scénarios de films aux genres variés: films de Kung Fu, drames ou encore comédies romantiques. Il fréquente en parallèle le milieu de la "nouvelle vague" en collaborant notamment avec Patrick Tam.

Sa carrière de réalisateur débute en 1988 avec un film de gangster intitulé As tears go by. Il tourne deux ans après Nos années sauvages, qui sera un important échec commercial. Atteignant le sommet de sa gloire en France avec In the mood for love, Wong Kar-Wai s'inspire tout au long de sa filmographie de genres variés, comme par exemple des films de cape et d'épée pour Les cendres du temps, ou encore des films de Kung Fu avec l'un de ses derniers long-métrage, The Grandmaster. En 2006, il est le premier réalisateur chinois à présider le jury du Festival de Cannes.