Formulaire de recherche

Ce ne sera pas la dernière séance

Le Bel Antonio (Théâtre du Temple)

Le Trianon à Romainville est un lieu mythique pour les cinéphiles, par son architecture des années 1950 qui lui vaut d’être inscrit à l’inventaire des monuments historiques, mais aussi parce qu’il a accueilli de janvier 1982 à décembre 1998 l’émission culte La Dernière séance, présentée par Eddy Mitchell. Loin de cultiver cette veine nostalgique, la salle dirigée par Annie Thomas brille aujourd’hui par son dynamisme, ses choix éditoriaux et son important travail auprès des publics. Nous la remercions d’accueillir les 15 et 16 mars nos Rencontres Nationales Patrimoine / Répertoire.

Ce rendez-vous est l’occasion de mettre en lumière le travail des nombreuses salles Art et Essai, labellisées ou non, qui diffusent, de façon régulière ou ponctuelle, les œuvres classiques, et ce, malgré la profusion de nouveautés qui arrivent chaque semaine sur nos écrans. Sachant que l’enjeu n’est pas de nature économique, mais culturel, ces exploitants et programmateurs sont convaincus de l’importance primordiale de transmettre le goût du cinéma, d’encourager la cinéphilie, faisant de la découverte des grandes œuvres en salle une expérience unique, irremplaçable, qu’il nous faut résolument maintenir et entretenir avec l’aide du CNC.

Il y a un an, à Vincennes, nous avions annoncé l’intention du groupe Patrimoine / Répertoire, que j’anime avec la complicité de Régis Faure, de réformer ses modes de soutien à travers le développement de différents outils dans le but de permettre aux salles de mieux s’emparer des films et de trouver leurs publics. Nous avons ainsi souhaité encore mieux éditorialiser nos choix par les labels « classique », « culte » et « perle rare ». Nous avons aussi créé une fiche numérique destinée aux exploitants, puis une fiche pour les spectateurs leur donnant notamment trois bonnes raisons de voir ou revoir les films soutenus.

La rétrospective Henri-George Clouzot qui a remporté un franc succès (28 336 entrées en 12 semaines) a été l’occasion d’expérimenter une tournée de conférences dans une cinquantaine de salles. Nous avons aussi commandé à Ricochets Production un avant-programme numérique, pour montrer l’importance et la modernité de l’œuvre de ce réalisateur. En parallèle, nous avons réalisé avec Caïmans Production, un autre type d’avant-programme sous la forme d’une interview, cette fois de Claude Lelouch, pour accompagner la diffusion du film J’ai même rencontré des tziganes heureux.  

Les Rencontres sont l’occasion de se réunir avec d’autres acteurs de la filière : les distributeurs, dont certains font des films du patrimoine leur activité principale, nos partenaires à l’année, l’ADRC et l’Agence du Court Métrage. Elles témoignent de l’existence d’un écosystème, certes fragile mais indispensable, auquel appartiennent aussi les cinémathèques et les festivals (dont Lumière à Lyon et Toute la mémoire du monde de la Cinémathèque Française auxquels nous participons chaque année), dont l’enjeu premier est la diffusion et la transmission de la culture cinématographique.

Parrainée par le réalisateur Michel Hazanavicius, dont les films sont si magnifiquement référencés, l’édition 2018 s’annonce particulièrement exceptionnelle par son programme et ses invités. Nous aurons l’honneur et le plaisir d’accueillir le cinéaste de The Artist et Le Redoutable pour une masterclass et une carte blanche, mais aussi le grand cinéaste hongrois oscarisé Istvan Szabo, l’acteur-réalisateur Jean-François Stévenin, le célèbre monteur Yann Dedet, ainsi que plusieurs intervenants de grande qualité. Je les remercie tous du fond du cœur.

Eric Miot
Responsable du groupe Patrimoine/Répertoire

< Retour à la liste des éditos

Edito

L'addiction, l'envie, le goût

Le dossier de la chronologie des médias serait en passe d’être bouclé.

Lire la suite