Formulaire de recherche

JANVIER 2017

 

2017, une année qui commence bien, une année qui commence mal

L’année 2017 commence bien. La fréquentation 2016 des salles françaises a atteint des records. Et ce qui est d’autant plus remarquable, c’est que ces bons résultats (213 millions d’entrées) sont, pour une très large part, à mettre au crédit des cinémas Art et Essai, dont la progression moyenne est de l’ordre de 10 à 15% quand la tendance nationale est à +3%. Ainsi, même si 2015 avait été une année faible pour le cinéma d’auteur, la cuvée 2016 est à marquer d’une pierre blanche. Ces excellents chiffres sont la récompense de l’exigence de qualité et de la relation de fidélité que les salles Art et Essai entretiennent avec le public cinéphile. Ces données feront sans doute quelques sceptiques parmi les réalisateurs, producteurs, distributeurs, nombreux, qui n’ont pas pu, malheureusement, rencontrer le public qu’ils espéraient. Mais, à côté, les succès d’œuvres originales sont bien là : de films très attendus déjà millionnaires (Juste la fin du monde, Moi, Daniel Blake) à Julieta (800 000 entrées), en passant par d’excellentes surprises telles que Ma Vie de courgette (700 000 entrées), Les Innocentes (700 000 entrées) ou encore Captain Fantastic (plus de 500 000 entrées). Il faudrait en citer bien d’autres, dont La Tortue rouge ou Les Délices de Tokyo pour ne citer que les deux films lauréats ex-aequo du Prix Jean-Lescure.

Mais, si l’on regarde l’entame de la nouvelle année, c’est plutôt la douche froide. Au 20 janvier, la tendance est à moins 25%, quand elle n’est pas à moins 50% dans certains cinémas. Attendons la suite. L’imprévisibilité de la fréquentation reste la chose la plus certaine.

L’année 2017 commence bien. Après la recommandation du Médiateur du cinéma sur les mono-écrans et l’annonce par le CNC d’un plan d’aide à la distribution en 2016, nous voyons se profiler pour l’année 2017 la mise en place des nouvelles conventions triennales CNC-État-Régions, la rectification (enfin !?) des dysfonctionnements des cartes illimitées concernant la rémunération des exploitants indépendants qui les acceptent, sans oublier une réforme Art et Essai prometteuse. Sur ce dernier point, les arbitrages du CNC sont attendus pour début avril. Ils pourront s’appuyer sur des propositions précises concertées portées en commun par l’AFCAE, la FNCF et le SCARE avec, pour objectif, de renforcer le soutien aux salles les plus fragiles (de 1 à 3 écrans), ainsi qu’à celles qui font un travail Art et Essai significatif (large diffusion des films Recherche, labels Jeune public, Patrimoine et Répertoire, Recherche et découverte), tout en veillant à la cohésion d’ensemble de notre mouvement. Le 70° anniversaire du CNC célébré de belle manière ce 18 janvier paraît de bon augure.

L’année 2017 commence bien. Avec, pour l’AFCAE, le Festival Cinéma Télérama qui se déroule dans pas moins de 321 cinémas et, cerise sur le gâteau pour ce 20ème anniversaire, pas moins de 300 avant-premières. Dans la foulée, la mise en place d’une nouvelle manifestation dédiée au Jeune Public, toujours en partenariat avec Télérama, qui se déroulera dans 116 cinémas. La confirmation donc d’un partenariat médiatique efficace, dynamique, qui peut s’appuyer sur la densité d’un réseau national et l’organisation par une équipe au fait des contraintes des salles.

Mais l’année cinéma 2017 commence aussi avec ses mauvaises nouvelles. Après les disparitions successives de Jean-Jacques Bernard (en 2015), de Claude-Jean Philippe, de Jean-Marie Rodon, de Pierre Tchernia, de Jean-Loup Passek et de Marc Nicolas (en 2016), nous venons d’apprendre celle de Jean Hernandez. L’impression que de grandes et belles figures de la cinéphilie s’évanouissent. Des personnalités qui, loin des dogmatismes, des modes et des préjugés, faisaient partager avec passion leur amour du cinéma. Sans doute, l’un des hommages à leur dédier serait d’essayer, chacun et collectivement, de continuer à défendre avec curiosité et générosité les films du monde entier comme ils ont su le faire dans les festivals, dans les revues, dans les livres, dans les écoles, dans les maisons de distribution et dans les salles.

Ainsi 2017 commencerait vraiment bien.

François AYME
Président de l'AFCAE


< Retour à la liste des éditos

Edito

Servir les films

En cette rentrée, pas moins de trois rapports ou recommandations sur des sujets sensibles liés à la diffusion des films font déjà l’actualité.

Lire la suite