Formulaire de recherche

Disparition de Régine Juin

19 Novembre 2014

C’est avec une profonde tristesse que nous vous annonçons le décès de Régine Juin.

Durant ces vingt dernières années, elle fut, en tant que membre du Conseil d’administration et coordinatrice de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour le groupe Actions Promotion, l’un des piliers de notre association. Elle avait également assumé, lors de sa création, la coordination du groupe des Associations régionales de salles Art et Essai.
Après avoir été directrice du cinéma Les Lumières à Vitrolles de 1986 à 1997, elle a rejoint l'équipe du Cinéma 3 Casino à Gardanne. Elle fut d’abord programmatrice du Festival d'Automne, puis elle en reprit la direction ainsi que celle du cinéma. La 26ème édition du Festival cinématographique de Gardanne, qui rencontre toujours un grand succès auprès du public et des professionnels, s’était déroulée du 17 au 28 octobre derniers.

Régine Juin était une personne forte, vive et généreuse qui portait avec conviction son amour du cinéma. Elle laissera dans les mémoires le souvenir d’une cinéphile passionnée proche des spectateurs et attentive aux cinémas du monde.  

Patrick Brouiller, Président de l’AFCAE,
les administrateurs de l’Association
et les membres du Groupe Actions Promotion.

____________________________________________

« Quel sentiment étrange on a l'impression d'être dans un mauvais film, que la salle va s'éclairer et que tout va redevenir comme avant. Pourtant la dure réalité est là, Régine a disparu si vite, de manière si violente que pour ses amis et ses proches c'est difficilement acceptable.

Contrairement à ce qu'a écrit Barbara, pour elle la vie a été cinéma, totalement cinéma, elle a fait de sa passion un métier et elle l'a exercé de la plus belle des façons. Comme le public ne se trompe jamais, la plus belle des récompenses c'est lui qui lui a donné. Un public fidèle guidé par ses choix, qui la suivait les "yeux fermés".

Heureusement qu'il y a eu ce public et cette relation privilégiée car pour le reste on peut dire que sa vie n'a pas  été "un long fleuve tranquille". En effet après avoir créé à Vitrolles, dans un contexte difficile, Les Lumières, un cinéma aux résultats remarquables, elle a été la victime, ô combien symbolique, de décisions politiques prises par des gens qui sont la représentation la plus évidente de la bêtise humaine. Ils ont rayé en deux temps trois mouvements le travail de toute une partie de sa vie. Tout était à refaire tout était à reconstruire, et c'est là qu’armée de ce formidable caractère, après des moments de doute et de flottaison elle est repartie au combat pour retrouver une salle coûte que coûte. C'est ainsi qu'elle est devenu la programmatrice et la responsable du festival de Gardanne, et c'est à ce moment-là que tous ensemble, entre copains, nous avons créé l'association Sud Par Sud-est. Ce que l'on retient de cette époque c'est qu'elle fut pour elle un moment de paix, de tranquillité, un peu comme une parenthèse enchantée avant de repartir vers son dernier défi : reprendre la direction du cinéma Les Trois Casinos à Gardanne, récupéré dans un piteux état.

Malgré l'ampleur de la tâche et la masse de travail, on la sentait néanmoins heureuse d'avoir retrouvé ce poste de directrice si important. Mais à nouveau les politiques ne lui ont pas facilité la tâche, et elle s'est de nouveau battu mais cette fois jusqu'à l'épuisement. En effet la municipalité de Gardanne a fait fermer la grande salle du complexe pour raisons de sécurité, voilà bientôt deux ans, et n'a toujours rien fait pour la remettre en fonctionnement. Ce fut pour elle un véritable déchirement car elle perdait là sa plus grande capacité indispensable au bon déroulement du festival d'automne. Malgré ce handicap majeur la dernière édition du mois d'octobre a connu une fréquentation de plus de 6000 entrées avec seulement les deux petites salles ...

Donner sa vie pour le cinéma, se battre jusqu'au bout pour les idées et les valeurs auxquelles on croit : elle restera un exemple pour chacun d'entre nous.

Elle était une femme cultivée, ouverte, engagée mais aussi une bonne vivante et c'est cette image-là que l'on veut garder d'elle.

Après Patrick Pointes l'année dernière, Régine Juin cette année, les chaises disparaissent autour de la table. Vous êtes partis trop tôt et pour nous c'est difficile...

A jamais dans nos cœurs »

Jimi Andreani, administrateur de l'AFCAE

 

Edito

Prise de pouvoir

Première vague et premier confinement : la sidération. Deuxième vague et deuxième confinement : la torpeur et l’abattement qui guette. Dit comme ça, ce n’est guère réjouissant, ni encourageant. La longue durée de cette situation incertaine avec de

Lire la suite