Formulaire de recherche

Novembre 2015

Comme nous l’évoquions dans notre édito du mois d’octobre, Frédérique Bredin, présidente du CNC, a annoncé, lors du dernier Congrès de Deauville, le lancement d’une mission consacrée à l’Art et Essai, confiée à Patrick Raude. Même si nous n’avons pas encore pris connaissance de sa lettre de mission, l’objectif annoncé est à la fois "de simplifier et de moderniser" le classement des salles Art et Essai, la recommandation des films étant a priori exclue de la réflexion.

C’est au début de l’année 2016 que les conclusions de cette mission doivent être rendues publiques. Compte tenu de ce calendrier très serré, l’AFCAE a déjà entamé un premier travail au sein d’un groupe spécifique et du Conseil d’administration. Le préalable à notre réflexion est la nécessité de préserver l’esprit du classement actuel, en particulier son caractère progressif et donc incitatif, ainsi que la prise en compte du potentiel, des moyens et des spécificités de chaque type d’exploitation. L’AFCAE communiquera dans les prochaines semaines l’ensemble de ses propositions à M. Raude.

Le CNC a également précisé que cette mission se déroulait "dans le cadre d’une enveloppe constante". Pour le classement 2015, cette enveloppe atteint plus de 14,5 millions d’euros et concerne 1.159 cinémas. Cette importante somme globale représente 2% du budget du CNC. Chaque cinéma classé reçoit donc en moyenne une aide de 12.500 €, ce qui, selon les lieux, correspond généralement à une somme de l’ordre de 3 à 10% de son chiffre d’affaires. Si nous rappelons ces données financières, c’est qu’au-delà des simplifications techniques et administratives attendues, la question de l’impact concret de cette aide est posée. L’aide Art et Essai est toujours nécessaire, mais pas forcément suffisante au regard du travail effectué par certaines salles. La salle Art et Essai de demain sera celle qui aura réussi à construire un modèle économique qui lui permette non seulement d’avoir une programmation attractive et de qualité, mais aussi de soutenir ses films par un travail d’animation et de communication. En dix ans, les cinémas indépendants ont du démultiplier les séances spéciales, leur travail scolaire, développer un site internet, être présents sur les réseaux sociaux… pour une fréquentation qui, elle, est relativement stable, si ce n’est en baisse. C’est particulièrement le cas pour les cinémas parisiens et des centres-villes des grandes agglomérations. Ces établissements constituent le socle de la fréquentation Art et Essai. Leur situation est particulièrement fragile, entre une concentration accrue et une charge de travail en hausse. Il y a là un enjeu primordial pour toute la filière qu’il faut intégrer dans la mission en cours. L’autre point politique est évidemment le principe premier qui est celui de l’esprit de solidarité et de complémentarité entre les différentes formes d’exploitation.

Quels que soient le champ et les propositions de cette mission, on ne saurait en attendre qu’elle puisse résoudre tous les problèmes. Ainsi, l’AFCAE vient d’adresser un courrier aux candidats des élections régionales afin que la place de l’exploitation soit revalorisée dans les conventions État-CNC-Régions, unique lien contractuel entre le CNC et nos territoires. Il nous appartient également collectivement d’être force de propositions, de chercher à renouveler nos publics et de développer une communication nationale qui valorise l’identité et l’image Art et Essai. En soutien à certains de leurs adhérents, nos collègues du SCARE ont engagé une démarche concernant l’accès aux copies de Star Wars. L’AFCAE n’a pas souhaité s’associer à cette démarche. Même si nous comprenons les motivations personnelles de chaque exploitant concerné, nous pensons que ce n’est pas là notre vocation et qu’il y a un risque tangible de brouiller notre image auprès des médias, des institutions et du public. Quitte à rappeler une évidence : notre mission principale est de soutenir les œuvres Art et Essai et de garantir la diversité malgré les pressions de la concentration.

François Aymé, Président de l’AFCAE

< Retour à la liste des éditos

Edito

Cinéma français : quand on veut tuer son chien

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… surtout s’il est en bonne santé. En forçant le trait, c’est ce qui arrive au cinéma français en général et au Centre National du Cinéma dans plusieurs articles de la presse généraliste nationale

Lire la suite