Formulaire de recherche

Mai 2015

À quelques jours de nous retrouver comme chaque année pour nos Rencontres cannoises, ce n’est pas sans émotion que je me livre pour la dernière fois, en tant que président, à ce traditionnel édito mensuel, à travers lequel je tâche d’exprimer le plus justement possible les positions du mouvement Art et Essai, telles qu’elles ressortent des discussions collectives que nous menons au sein de nos instances mais aussi de nos différents groupes de soutien.

Car je crois intimement que l’une des grandes forces de notre association est de réunir des personnes, venant d’horizons différents, avec leurs sensibilités propres, qui se retrouvent pourtant autour de valeurs culturelles, sociales et humaines, que nous jugeons fondamentales et qui donnent un sens à ce que nous faisons dans nos salles. Cette faculté de nous réunir au sein d’une structure dédiée est une chance, alors que notre métier est pour beaucoup un exercice solitaire, dans lequel certains peuvent parfois se sentir démunis pour faire face à leurs différents interlocuteurs : qu’il s’agisse des prestataires de service, des distributeurs ou encore des élus locaux auxquels il faut faire entendre, avec pédagogie, l’importance de conserver sur nos territoires, à travers nos salles, un lien culturel et social, de proximité, favorisant l’échange et le savoir-vivre ensemble.

Je reste convaincu que le Courrier de l’Art et Essai est un outil de communication qui participe à ce besoin de nombreux adhérents de savoir que leurs préoccupations quotidiennes sont partagées par d’autres exploitants Art et Essai. C’est également un moyen de partager et d’informer sur les initiatives et actions que nos collègues mènent sur leurs territoires. Et il me paraît important pour l’avenir de conserver et développer de tels moyens de communication internes à destination des adhérents. Pour préserver ce qui fait notre force : le collectif ! Restons attentifs à maintenir, au sein du mouvement, le dialogue et l’échange qui nous ont permis, jusqu’à présent, de mutualiser nos actions, d’améliorer nos conditions de travail pour une meilleure diffusion culturelle par le film, que ce soit en termes d’accès aux films (notamment par la mise en place de circulations), d’équipements numériques, ou encore de formation de nos équipes.

L’AFCAE est là pour favoriser cela et les actions que nous avons menées durant 21 ans, avec Alain Bouffartigue, Xavier Blom, Alain Nouaille, mais aussi toutes les personnes qui ont siégé au sein du Conseil d’administration, ont toujours poursuivi ce but, en s’appuyant sur la solidarité nécessaire entre les salles. Nous avons la chance de faire un métier formidable, fondé sur la transmission et la mise en relation entre les œuvres, leurs auteurs et les publics, soyons en fiers ! Et soyons conscients de notre responsabilité collective, au sein de la filière indépendante, à faire vivre les œuvres, dans toute leur diversité, sur nos écrans !

Échange, partage et transmission, voilà des ingrédients qui font, depuis des années, le succès de nos Rencontres Art et Essai ! Et je me réjouis de vous y retrouver une fois encore pour passer le flambeau à une nouvelle équipe qui – j’en suis certain – aura à cœur de développer les actions du mouvement au profit des salles, des films et des publics !

Patrick Brouiller, président de l’AFCAE.

< Retour à la liste des éditos

Edito

Cinéma français : quand on veut tuer son chien

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… surtout s’il est en bonne santé. En forçant le trait, c’est ce qui arrive au cinéma français en général et au Centre National du Cinéma dans plusieurs articles de la presse généraliste nationale

Lire la suite