Formulaire de recherche

Décembre 2014

À l’heure de dresser le bilan de cette année 2014, comment ne pas d’abord évoquer la disparition soudaine de Régine Juin ? Tous – administrateurs, bénévoles des groupes et permanents – avons été profondément affectés par cette triste nouvelle, à laquelle personne ne s’attendait. De nombreux témoignages nous ont été adressés pour saluer Régine, son action et sa forte personnalité.
Bien au-delà de ses différentes fonctions au sein de l’AFCAE (administratrice, secrétaire adjointe, membre du Groupe Actions Promotion, initiatrice du groupe des associations régionales), c’est son engagement et son sens de l’intérêt général qui marqueront les années – plus de vingt ! – qu’elle aura passées à nos côtés, pour défendre ce cinéma que nous aimons tous au sein du mouvement Art et Essai, dans son pluralisme et sa diversité. Quelles que soient nos sensibilités, cette disparition nous interpelle sur l’importance de l’engagement de chacun et son intensité au fil du temps. Elle nous rappelle combien il est vital que les générations qui suivront prennent le relais sans perdre de vue en chemin l’essentiel, notre bien commun.

Des nouvelles générations, il aura aussi été question en 2014, à travers l’opération tarifaire pour les moins de 14 ans. Cette opération, que nous n’avions pas choisie, n’a pas profité de la même manière à tous les établissements. Les cinémas de la petite et moyenne exploitation, classés Art et Essai, en ont globalement pâti. C’est la raison pour laquelle nous travaillons avec la Fédération, dans le cadre de la reconduction de l’opération en 2015, à la mise en place d’une action au profit des salles Jeune Public les plus fragiles économiquement. Action destinée à offrir au public de ces salles un accompagnement et des animations sur les films de la diversité que nous soutenons.

L’année aura également été marquée par la concertation professionnelle dans le cadre des Assises du cinéma. Nous y avons été présents pour marteler, toujours et encore, la nécessité d’une meilleure régulation dans le contexte actuel de la concentration, ainsi que d’une plus grande mutualisation et sélectivité dans l’attribution des soutiens. Le CNC vient d’ailleurs d’annoncer ses premiers arbitrages, dont la limitation des cachets artistiques, mesure médiatique largement reprise dans la presse généraliste. Aucune des mesures annoncées ne concerne néanmoins encore l’exploitation et nous le regrettons, même si nous sommes conscients du temps nécessaire pour traiter ce sujet devenu complexe, de par la situation actuelle, née d’une régulation insuffisante ces dernières années, s’agissant notamment des créations de multiplexe sur le territoire...

Sur ce sujet aussi, l’année a été mouvementée. Nous avons salué en mars dernier le rapport et les préconisations du Sénateur Serge Lagauche, destinées à améliorer un dispositif devant préserver au mieux le pluralisme, la diversité et l’aménagement culturel et social de notre territoire. Si une partie des propositions ont été reprises, en juin, dans la loi « Pinel », nous déplorons toutefois que tout un ensemble de préconisations – que nous jugeons nécessaires – n’aient pas encore été concrètement mises en oeuvre et que le comportement et l’attitude des membres de la Commission d’aménagement cinématographique n’aient, globalement, pas changé dans leurs appréciations des projets examinés. Nous venons d’ailleurs d’adresser un courrier à la Ministre de la Culture et de la Communication à ce propos. L’année 2014 a donc été bien chargée – et il faudrait encore y ajouter la réforme en cours de la chronologie des médias qui limitera de facto un peu plus la fenêtre d’exclusivité de la salle. Nous vivons des années charnières, ne nous y trompons pas. Il reste donc plus que jamais nécessaire, en ces temps de troubles économiques et sociaux, que le collectif – au service de l’intérêt général – prenne le pas sur l’addition de nos intérêts individuels.

Patrick Brouiller, président de l’AFCAE.

< Retour à la liste des éditos

Edito

Cinéma français : quand on veut tuer son chien

Quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage… surtout s’il est en bonne santé. En forçant le trait, c’est ce qui arrive au cinéma français en général et au Centre National du Cinéma dans plusieurs articles de la presse généraliste nationale

Lire la suite