Formulaire de recherche

Bertrand Tavernier, l’ami du cinéma

25 Mars 2021

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition du grand homme de cinéma que fut Bertrand Tavernier. Cet immense cinéaste, mélomane et amoureux des livres, aimait se confronter à l’Histoire comme à l’actualité la plus brûlante. Attaché de presse, critique, producteur, auteur, écrivain, président de l’Institut Lumière, sa passion pour le 7° art était obsessionnelle, encyclopédique et grande ouverte, loin de toute forme de dogmatisme. Il était fasciné par le cinéma américain comme par les films français, du grand classique à la perle rare qu’il savait dénicher comme un trésor inestimable. Cette passion, ce goût pour l’admiration des cinéastes et des œuvres, il les partageait incessamment avec force et de manière communicative.

Et Bertrand Tavernier avait le goût viscéral des salles de cinéma et du patrimoine. Ce fervent défenseur de l’exception culturelle était un ami fidèle de l’AFCAE et des cinémas Art et essai, n’hésitant jamais à parcourir la France pour aller défendre ses films, et les films en général, jusque dans les plus petites salles. Parrain des premières Rencontres Nationales Patrimoine / Répertoire en 2002, c’est avec lui que l’AFCAE a également lancé en 1992 son action de soutien des films, en accompagnant La Guerre sans nom, film documentaire sur la guerre d’Algérie. Trente ans après, cela demeure l’action phare de notre association. En mai 2016, l’AFCAE accueillait encore aux Rencontres Art et Essai de Cannes Bertrand Tavernier, venu présenter avec amitié son incroyable Voyage à travers le cinéma français, qui restera une référence.


Bertrand Tavernier nous aura laissé une superbe filmographie qui résiste aux modes et au temps qui passe, et ce goût de la cinéphilie qu’il savait si bien rendre contagieux. L’AFCAE et les salles Art et Essai adressent aujourd’hui leurs plus amicales pensées à ses proches, à sa famille et à toute l’équipe de l’Institut Lumière.

Edito

Balle au centre

Mars 2020 - mai 2021. Quatorze mois. Une éternité. Presque dix mois de fermeture et quatre petits mois d’ouverture. En espérant que tout cela est désormais derrière nous, ce qui n’est pas acquis. L’exploitation mondiale a subi un cataclysme, un coup

Lire la suite