Formulaire de recherche

Actions Promotion

L'ORDRE DES CHOSES


Pays 
France
Italie
Tunisie
Durée 
115 min
Date de sortie 
7 Mars 2018

Avec Paolo Pierobon, Valentina Carnelutti, Giuseppe Battiston…

Commander le document 

 

Hors compétition Mostra Venise 2017 / PRIX DE LA CRITIQUE Festival Villerupt 2017

SYNOPSIS

Rinaldi, policier italien de grande expérience, est envoyé par son gouvernement en Libye afin de négocier le maintien des migrants sur le sol africain.
Sur place, il se heurte à la complexité des rapports tribaux libyens et à la puissance des trafiquants exploitant la détresse des réfugiés.
Au cours de son enquête, il rencontre dans un centre de rétention, Swada, une jeune somalienne qui le supplie de l’aider.
Habituellement froid et méthodique, Rinaldi va devoir faire un choix douloureux entre sa conscience et la raison d’Etat : est-il possible de renverser l’ordre des choses ?

BANDE ANNONCE

 


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Segre Andrea

Andrea Segre est né en 1976 à Dolo, en Italie. Il est à la fois réalisateur de films et professeur de sociologie à l'Université de Bologne. Sa carrière de cinéaste est avant tout marquée par la réalisation de nombreux documentaires, dont le premier date de 1998 et est intitulé Lo sterminio dei popoli zingari (L'extermination des peuples tziganes). La question des peuples et cultures opprimés sera traitée de manière récurrente au fil de sa filmographie.

Son premier long-métrage de fiction, La Petite Venise, sort en 2011 et nous raconte la rencontre entre Shun Li, immigrante illégale chinoise, et Bepi, pêcheur d'origine slave. Le film obtient trois prix lors de la Mostra de Venise 2011 (les Prix FEDIC, Lanterna Magica et Lina Mangiacapre). Son deuxième film, La Prima Neve, aborde encore une fois le thème de l'immigration, à travers l'histoire d'un personnage togolais émigrant en Italie, dans la Vallée de Mochènes. La question migratoire est de nouveau présente dans son dernier film, L'Ordre des choses. On retrouve ainsi une fibre sociale importante chez Andrea Segre, que ce soit dans ses films documentaires ou ses films de fiction, qui cherchent à décrire des trajectoires particulières d'individus marginalisés et oppressés.