Formulaire de recherche

Patrimoine Répertoire

J'AI MÊME RENCONTRÉ DES TZIGANES HEUREUX


Pays 
Serbie
Durée 
82 min
Date de sortie 
15 Novembre 2017

Avec Bekim Fehmiu, Gordana Jovanovic, Bata Živojinović...

Commander le document

Télécharger la fiche-exploitant

LABEL "CULTE"

 

AVANT-PROGRAMME

Vous pourrez retrouver l'avant-programme consacré au film dans votre espace adhérent

SYNOPSIS 

Grand Prix Festival de Cannes 1967 
Sélection officielle - Festival de Cannes 2017 - Cannes Classics

De nombreux Tziganes vivent dans la vaste plaine de la Voïvodine, en Serbie, où ils exercent de petits métiers. Vivant de son commerce de plumes d'oie, Bora, jeune et insouciant, se veut libre mais il est marié à une femme plus âgée. Il rencontre Tissa une jeune sauvageonne, et s'éprend d'elle. Mais Mirta, beau-père de Tissa, déjà son rival en affaires, devient aussi son rival en amour.

BANDE ANNONCE

 


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Aleksandar Petrović

Né à Paris en 1929, Aleksandar Petrović s’est toujours considéré cosmopolite, non pas par ses origines, serbes, mais par les liens très forts de ses ancêtres avec la France. Après le bac, il fait la FAMU. En 1955, il reçoit une bourse pour passer 6 mois en France où il rencontre notamment Luis Buñuel. Auteur complet, il travaille depuis 1958 sur le scénario, les dialogues, la musique et la mise en scène de tous ses films, mais il signe aussi d’innombrables textes dans le domaine du cinéma, de l’art, de l’esthétique ou de la littérature. Il ébranle la cinématographie yougoslave (socialiste) avec les films Elle et Lui (1961), sélectionné à Cannes, et Les Jours (1963), comptant parmi les premiers films intimistes, loin des films de propagande de l'époque. Aleksandar Petrović est considéré par la presse occidentale comme "le porte-parole du nouveau cinéma en Yougoslavie". Immédiatement célébré par la critique, il devient, avec J’ai même rencontré des tziganes heureux, un réalisateur de renommée internationale.