Formulaire de recherche

Actions Promotion

LES PREMIERS LES DERNIERS


Date de sortie 
27 Janvier 2016

France/Belgique - 2015 - 1h38

Avec Albert Dupontel, Bouli Lanners, Suzanne Clément, Michael Lonsdale, Max von Sydow

Label Europa Cinema

Prix Panorama du jury œcuménique - Berlin 2016

 

SYNOPSIS

Dans une plaine infinie balayée par le vent, Cochise et Gilou, deux inséparables chasseurs de prime, sont à la recherche d’un téléphone volé au contenu sensible. Leur chemin va croiser celui d’Esther et Willy, un couple en cavale. Et si c’était la fin du monde ? Dans cette petite ville perdue où tout le monde échoue, retrouveront-ils ce que la nature humaine a de meilleur ? Ce sont peut-être les derniers hommes, mais ils ne sont pas très différents des premiers.

L'Avis d'un exploitant 

LES PREMIERS LES DERNIERS - par David Broutin
Télécharger le texte en PDF

Pour le dire en une formule qui, peut-être, rendra compte du remarquable travail visuel et narratif accompli par Bouli Lanners et ses collaborateurs de création, Les Premiers Les Derniers c’est un peu « la rencontre de Cormac McCarthy et de Johnny Cash au détour d’une route du Plat Pays ».

Venant d’un auteur qui, depuis ses débuts, affiche un net penchant pour les personnages en marge et/ou en fuite, dont les trajectoires volontiers erratiques, quoique rectilignes, échappent à la logique géographique, on n’est guère surpris, mais il est plaisant de constater que son cinéma atteint une ampleur formelle inédite.

Qu’est-ce qui explique cette réussite ?

Le traitement de grands thèmes comme la liberté, la solitude et l’amitié ? Le casting et la direction d’acteurs portés à un point d’excellence ? Le Scope et la photo qui transfigurent le réalisme social ? Le mélange des genres canoniques du western et du road movie ?

Tout cela, oui. Ce sont, du reste, des caractéristiques présentes dans Ultranova, Eldorado et Les Géants. Mais, cette fois, les images ont une telle densité qu’elles sont simultanément centripètes, par leur cohérence et leur puissance plastique, et centrifuges, par l’évocation d’un hors champ, voire d’un prolongement narratif.

Le cadre dans lequel évoluent les personnages n’est pas étranger à l’impression suscitée. Les Premiers Les Derniers est un film d’hommes dans la brume, parcourant en tous sens des espaces (presque) vides au milieu de nulle part, dans un paysage (presque) ravagé par une apocalypse de nature indéterminée.

Plus que la réflexion à laquelle est convié le spectateur, sur la condition humaine et l'existence de Dieu, sur la présence du mal et la difficulté à vivre ensemble, le film évoque une réalité fragile : celle de la Belgique, « une sorte de terrain vague jadis vomi par Baudelaire, un état en plein crise identitaire, un no man’s land qui confesse le terrible vide dans lequel se sent le belge » dixit le journaliste Belge Nicolas Crousse.

La Belgique est une utopie étrange qui, sans cesse, oscille entre rêve et réalité. Elle n’existe, au fond, qu’en imagination. Celle de Bouli Lanners le conduit à en faire le 51ème État d’Amérique, en exprimant de film en film son amour pour « l’Americana », qui désigne la culture populaire des États-Unis (son Volkgeist), l’ensemble des coutumes et symboles rattachés à son immense territoire central, communément opposé à la culture urbaine de ses côtes Est et Ouest.

Dans Les Premiers Les Derniers, il pénètre plus loin encore « dans la fiction de l’Amérique, dans l’Amérique comme fiction »[1].

Il revisite des motifs usés sans tomber dans les clichés et les redites, leur donnant au contraire une singularité que soulignent les touches parcimonieuses d’humour. Il adapte le western aux réalités contemporaines, et en prolonge la substance (le paysage de fin du monde transformé en vecteur de tension, la rumination sur le clan, le parcours, la rédemption, …). Il invente un récit dont le principe même est de refuser la fixité, pour permettre à chaque spectateur de vagabonder et de tracer librement sa route.

Les Premiers Les Derniers est en somme un road movie belge, typiquement américain… tourné dans la Beauce.
Chacun s’y reconnaîtra !

David Broutin, De la suite dans les images, Lille.

 

[1] Jean Baudrillard, Amérique, Ed.Grasset, 1986

parole du réalisateur

Pourquoi « Les Premiers Les Derniers » ?
« Dans tous mes films on trouve cette thématique : une cellule familiale traditionnelle explosée, qu’on essaie de reconstituer par tous les biais possibles. Ce qui nous relie aux premiers Hommes, nous qui sommes
peut-être les derniers, c’est ce même désir absolu d’exister à travers le clan familial. J’aime l’idée d’un lien qui nous relie encore à eux. Ça me rassure. Et puis, Le premier et Le dernier, c’est Dieu. Les premiers hommes, à la différence des animaux avaient une conscience et recherchaient le divin. Même si ma foi est cabossée, je suis moi aussi toujours à la recherche du divin. Nous sommes peut-être les derniers, mais nous ne sommes pas très différents des premiers ».

Bouli Lanners, extrait du dossier de presse, Wild Bunch

bande annonce


Retour à la liste des films soutenus

Réalisation

Bouli Lanners

Acteur et réalisateur belge né en 1965. Bouli Lanners s'est imposé comme un auteur à l’univers pictural fort et à l’humanité mélancolique et généreuse. De sa formation aux Beaux-arts de Liège, ses films ont gardé une indéniable picturalité, sorte de tableaux mouvants exaltant les paysages de son plat pays. Tombé un peu par hasard dans le cinéma, après avoir démarré sa carrière à la télévision sous le signe de la belgitude auprès des Snuls, Bouli Lanners trouve dans cette nouvelle forme d’expression un terrain de jeu prédestiné pour mettre en scène ses rêves de nature et de grands espaces, de familles un peu dysfonctionnelles, souvent recomposées au hasard des rencontres.

Filmographie

2015  LES PREMIERS LES DERNIERS  
2011  LES GÉANTS
2008  ELDORADO
2005  ULTRANOVA
2002  WESTERN (clip musical)
2001  MUNO (court métrage)
1999  TRAVELLINCKX (court métrage)
1996  LES SŒURS VAN HOFF (court métrage)
1995  NON WALLONIE TA CULTURE N'EST PAS MORTE (court métrage)